Zeturf

3000 victoires pour Jos Verbeeck !

Jos Verbeeck : le driver aux quatre Prix d'Amérique !

Quelques jours après Jean-Michel Bazire, c’est au tour de Jos Verbeeck de s’illustrer. Auteur d’un triplé, ce dimanche sur l’hippodrome de La Capelle, le driver belge a franchi la barre des 3000 victoires en France. Rapide portrait d’un des pilotes les plus doués…

Ses débuts

C’est à 14 ans, au trot monté, que Jos Verbeeck effectue ses grands débuts, où il remporte 70 succès en un peu plus d’un an, avant de se consacrer à l’attelé. Après avoir passé neuf ans au service de Darby Farm (l’écurie n°1 en Belgique à cette époque), le crack driver belge décide de tenter l’aventure en France, au sein de l’écurie Peupion. Il passera pour la première fois le poteau en vainqueur, en août 1985 à Enghien, un an après ses débuts français. Mais « Jos » est avant tout un homme ambitieux, avec son caractère et sa manière de vivre son rêve. C’est en 1990 qu’il prend la décision de devenir « cash-driver », un pilote libre mais coûteux. Grand voyageur et possédant une rare maîtrise de la drive et de la tactique de course, les professionnels n’hésitent pas à lui faire confiance, pour mener leur champion au succès. Capable de faire démarrer ses chevaux comme personne, de patienter ou de se faufiler à la corde, Jos Verbeeck sait tout faire, et il ne tardera pas à le démontrer.

Ses plus grands succès

C’est avec Sea Cove, que Jos Verbeeck remporte ses premières grandes victoires à travers toute l’Europe. Quatrième du Prix d’Amérique 1993 avec le champion allemand, il s’adjuge l’Elitloppet, quelques mois plus tard, avant de revenir plein d’envie, dans la plus grande course du monde un an plus tard. Ce jour là, le driver belge nous fait part de son génie, en prenant plusieurs longueurs d’avance avec Sea Cove dans la ligne d’en face, pour résister du minimum aux attaques dans la phase finale. S’en suivra trois autres Prix d’Amérique, avec à chaque fois une stratégie différente. En 1997, il s’impose à la manière des forts en prenant le commandement avec Abo Volo. L’année suivante, il toise tout le monde dans les derniers mètres avec Dryade des Bois, après un départ catastrophique. Enfin, en 2003, le maître donne une leçon, en se faisant oublier côté corde, avec l’outsider Abano As. N’oublions pas sa rencontre avec Remington Crown, couronnée de trois groupes I en 1999 (Prix de Paris ; Grand Prix de la Loterie ; Elitloppet).

Sa 3000ème victoire en France

A 53 ans, l’homme aux quatre Prix d’Amérique a remporté sa 3000ème victoire sur le sol français, mais en détient plus du double dans toute l’Europe. Ce dimanche, il réalisait même un triplé sur l’hippodrome de La Capelle, associé respectivement à Quarino de Vandel, Roi du Rossignol et Shogun Bonbon. Le magicien a encore plusieurs tours dans son sac…

Loic Chaoudour

3 commentaires

  1. Comment by jean louis

    malgrès l’age je pense qu’il est et il restera le driver le plus talentueux que le monde ait connu. dommage qu’on ne lui confie plus des bon chevaux capable de rivaliser dans les grand rendez vous

  2. Comment by MIALET

    J’AI TOUJOURS PENSE,QUE JOS VERBEECK EST ET RESTERA, LE PLUS GRAND DRIVER QUE LA FRANCE, L’EUROPE ET PEUT ETRE MEME QUE LE MONDE EST CONNU.SON DEPART SERA SANS NUL DOUTE UNE TRES GRANDE PERTE POUR LE TROT FRANCAIS, INTERNATIONNAL, MONDIAL.

  3. Comment by yazid

    il vaut plus rien le diable si il pose pas son cul sur le sulky dun bon cheval il est tjrs distancer..je c de koi je parle je joue tout les jour o course..ex brillantissime cheval de classe de groupe on fait ce kon veut de lui durant un parcours..donne lui un cheval delicat nerveux genre ourasi a ses debut il en orait pas fait un champion lui

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Infos de dernière minute

Tuyaux

Arrivées et Résultats

Analyses des courses

Nos partenaires :