Zeturf

L’entraînement de Vincent Martens à l’honneur

Vincent Martens peut compter sur son frère Christophe pour mener ses élèves à la victoire

En marge des grandes écuries du trot français, à l’image de celles de Fabrice Souloy, Christian Bigeon, Jean-Michel Bazire, Pierre Levesque ou « les Dubois », d’autres petites structures parviennent à se distinguer. Focus sur le belge Vincent Martens, un entraîneur discret mais efficace, qui détient plusieurs trotteurs de qualité, comme Athos du Boscail II, Petit Poucet ou Sinko du Vivier.

 

Athos du Boscail II : la valeur sûre

Arrivé sur les pistes françaises en janvier 2009, Athos du Boscail II n’a pas tardé à faire parler de lui. Deuxième de Qwerty à Enghien, pour sa deuxième course face à nos trotteurs, le représentant de Leo Van Pollaert a pris une éclatante revanche sur le champion de Pierre Levesque dans le Prix Iapétus, deux mois plus tard, à Vincennes. S’en suivront deux faciles succès, deux deuxièmes places et deux disqualifications, pour aborder le mois de février. Depuis, c’est la consécration pour le fils d’Historien, qui reste sur neuf victoires consécutives ! Hormis ses trois succès belge, ses deux dernières sorties sont impressionnantes, avec le Prix de Grasse à Vincennes, en 1.13.6 sur la distance classique, et le Prix de la Manche récemment à Enghien, devançant Renommée d’Obret et Quopeck. Ménagé par Vincent Martens et encore en retard de gain (251.271€), Athos du Boscail II est actuellement au sommet de son art et semble en mesure de prendre part aux épreuves de groupe, dès cet hiver à Vincennes.

Petit Poucet : la bête à quinté

Après des débuts victorieux à Lisieux, sous l’entraînement de Patrice Lebouteiller, Petit Poucet est passé chez Michel Lenoir en septembre 2006. Malgré plusieurs accessits, dont une deuxième place à trois ans, entre Paris Haufor et Prodigious, ce fils de Kiwi n’a jamais pu confirmer. Après un court passage chez Jean-Pierre Ensch, il s’installe dans les boxes de Vincent Martens fin 2008. Il renouera avec le succès deux mois plus tard, et engrangera cinq succès et de nombreuses places un peu partout en France, durant l’année 2009. Adepte de la piste de Cagnes-sur-Mer, Vincent Martens décide de faire le déplacement à Enghien avec son protégé, pour le meeting estival. Petit Poucet remportera deux quintés+ plein d’autorité, avant de décevoir dernièrement dans le Prix de l’Opéra, mais s’est radicalement révélé chez le professionnel belge.

Sinko du Vivier : l’avenir

Derrière les deux chevaux d’âge précités, l’avenir de l’écurie semble être assuré par le bon Sinko du Vivier. Meilleur trois ans du sud-est l’an passé, avec six succès en sept sorties, il a connu beaucoup de difficulté à Vincennes, dans la mesure où il se montrait délicat au départ. Malgré tout, le rejeton d’Hand du Vivier réussissait de belles performances, dont une cinquième place dans le Prix de l’Etoile (Gr.I) et une quatrième place dans le Championnat européen des 3 ans (Gr.I). Après un meeting hivernal complètement manqué, il empochait son premier succès sur le Plateau de Gravelle le 8 juin dernier dans le Prix Caecilia, avant d’échouer face à Satchmo Wood, douze jours plus tard. Excellent troisième de Real de Lou et Rodrigo Jet, dans le Prix du Louvre ce dimanche, Sinko du Vivier devient plus maniable à la volte et semble proche d’une victoire de prestige. Il sera notamment à suivre dans les semi-classiques générationnels cet hiver et constitue l’avenir au sein de l’écurie de Vincent Martens.

Les autres espoirs de l’écurie

Parmi les espoirs de l’écurie, citons Leading Landern (6 ans), lauréat de cinq de ses six courses en France, Rich Love (5 ans), transformé depuis qu’il est présenté pieds nus, ainsi que Salomé (4 ans), vainqueur de sept de ses douze sorties.

Loic Chaoudour

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Infos de dernière minute

Tuyaux

Arrivées et Résultats

Analyses des courses

Nos partenaires :