Zeturf

Nouba du Saptel : l’éternelle dauphine de Meaulnes du Corta

Vers un nouveau duel avec Meaulnes du Corta ?

Dauphine de Meaulnes du Corta dans le Prix d’Amérique 2009, Nouba du Saptel aura à cœur de prendre sa revanche cette année. Préparée pour cet événement, la pensionnaire de Pascal-André Geslin mériterait de remporter la plus prestigieuse des victoires.

  • Son ascension au plus haut niveau

C’est sur l’hippodrome de Tours que Nouba du Saptel effectue ses débuts en prenant une deuxième place. Elle remporte son premier succès un mois plus tard sur la piste de Challans dans l’ouest de la France. Tardive, la jument mayennaise aborde son année de quatre ans avec un faible compte en banque. Elle débute à Vincennes en novembre 2005, avec une bonne quatrième place. La pensionnaire de Pascal-André Geslin empoche son premier succès dans la capitale, à l’aube de ses cinq ans. Elle ne cesse alors de s’améliorer et, prenant trois places dans les classiques de sa génération, se révèle au grand public. Conscient de posséder une championne dans ses boxs, son entourage décide de la ménager pour le meeting hivernal de Vincennes. Nouba du Saptel se présente dans le Critérium des 5 ans et termine deuxième de Notre Haufor avant de rencontrer l’élite dans le Prix de l’Atlantique en avril 2007 à Enghien, où elle se classe deuxième d’un certain Meaulnes du Corta. Elle se qualifie ensuite pour le Prix d’Amérique 2008 grâce à ses performances dans les préparatoires : troisième dans le Prix de Bretagne et lauréate du Prix du Bourbonnais et du Prix de Belgique.

Afin de participer au Prix d’Amérique 2008, la fille de Canada se devait de bien figurer dans les préparatoires, pour empocher des gains ou des points. Ainsi, elle était sans doute essoufflée le Jour J, terminant tout de même honorablement en septième position.

  • 2009 : une année exceptionnelle

En raison de ses gains, la préparation fut tout autre pour le Prix d’Amérique 2009. Son entourage décida de la ménager pour le grand rendez-vous et de confier leur championne à un driver de choix, nommé Yves Dreux. Ayant bénéficié d’un parcours à la corde, elle trouvait le jour à l’entrée de la ligne droite. Son accélération, jusqu’alors préservée, faisait la différence. La pensionnaire de Pascal-André Geslin prenait une excellente deuxième place, à distance toutefois de l’intouchable Meaulnes du Corta. Quinze jours plus tard, dans le Prix de France, on prend les mêmes et on recommence. Placée en troisième ligne à la corde, Nouba du Saptel réussissait à trouver le passage à cinq cents mètres du but, pour venir échouer du minimum une nouvelle fois face « au Grand Meaulnes ». Son objectif principal devenait alors le Prix de l’Atlantique, sur l’hippodrome d’Enghien en avril, où son rival était absent. Elle remporta brillamment l’édition 2009, reléguant à plus de trois dixième Olga du Biwetz. A partir de ce moment, le Prix d’Amérique 2010 était déjà dans la tête de tout son entourage.

  • Sa préparation pour le Prix d’Amérique 2010

Comme pour tous les cracks possédant déjà les gains, leur permettant de participer à l’épreuve mythique, Nouba du Saptel s’est préparée sagement pour arriver au top de sa condition le Jour J. Après avoir effectué trois courses de rentrée, elle a mieux couru que ne l’indique son classement (6ème) dans le Prix de Bretagne. Perdant de nombreux rangs dans la montée, elle n’a pas eu toutes ses aises dans la dernière ligne droite, finissant avec d’évidentes ressources. Son entourage fait l’impasse sur le Prix du Bourbonnais pour juger son état de forme dans le Prix de Bourgogne. Elle s’adjuge une bonne quatrième place, tout en étant gênée au moment de l’emballage final. Préparée pour l’Amérique, elle arrive au top de sa forme au bon moment et sera l’une des sérieuses prétendantes au sacre.

  • Ses points forts

Régulière, Nouba du Saptel réalise toujours d‘excellentes performances quand elle se présente déferrée des quatre. De plus, l’alchimie avec Yves Dreux, depuis maintenant un an, est parfaite. Capable de suivre tous les trains, il suffira à son partenaire de lui mener une course derrière un dos et trouver le passage dans le dernier virage. Car, le principal point fort de Nouba du Saptel, est sa capacité à accélérer à l’intersection des pistes. Très bonne gauchère, elle possède la classe nécessaire pour changer de rythme et enrhumer ses adversaires. Enfin, comme pour l’an passé, elle arrive dans ce Prix d’Amérique au top de sa condition physique.

  • Ses points faibles

Néanmoins, Nouba du Saptel se doit de courir cachée afin de montrer sa valeur ; ainsi, il lui faut un parcours à l’économie. Souvent drivée à la corde par Yves Dreux, l’inconvénient principal de la championne de Pascal-André Geslin sera donc de trouver la faille. En outre, même si cette courageuse jument a démontré qu’elle pouvait remporter un prix d’Amérique, elle n’a jamais réussi à battre Meaulnes du Corta. Trois fois deuxième de ce dernier (Prix de l’Atlantique 2007, Prix d’Amérique 2009 et Prix de France 2009), il lui faudra une nouvelle fois se confronter à sa bête noire pour inscrire son nom dans la légende du trot.

Loic Chaoudour

Un commentaire

  1. Comment by Guy

    portrait aussi agreable à lire que celui d’ORLANDO SPORT .
    toujours instructif un petit rappel bienvenu !
    merci

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Infos de dernière minute

Tuyaux

Arrivées et Résultats

Analyses des courses

Nos partenaires :